Le guide de votre bien-être à domicile

Compresse

Les remèdes en compresse : nos astuces

compresse

© Gennadiy Poznyakov - Fotolia.com

Ainsi, il existe différents types de compresses pour de très nombreux usages, qu’ils soient médicaux (soulagement de la douleur), de confort (massages, aromathérapie..), ou de soin (cryothérapie). Mais, en plus de tout cela, les compresses peuvent être utilisées pour d’autres usages et les remèdes de grand-mère en ont fait un élément principal du soin de petits maux.
  1. Les compresses d’huiles essentielles
  2. Les remèdes de grand-mère

Les compresses d’huiles essentielles

En effet, les huiles essentielles sont très souvent utilisées dans les compresses et ont des vertus très apaisantes, comme lors de massages. Mais, ce que l’on sait moins, c’est que les huiles essentielles sont très utiles dans la guérison… des aphtes. En effet, en plus du basilic qui est un remède connu, les compresses d’huiles essentielles sont très efficaces contre ces ulcères superficiels de la muqueuse buccale (principalement) et ont des propriétés anti-infectieuses, anti-inflammatoires et, surtout, cicatrisantes, ce qui sera bien entendu utile dans ce cas. Pour soigner au mieux l’apparition d’aphtes, il faudra des huiles essentielles de tea tree, de laurier noble et de girofle, en plus d’huile végétale de macadamia, à placer, une fois la préparation faite, dans une compresse chaude.

Egalement, et de manière plus générique, les compresses d’huiles essentielles servent pour soulager les arthrites aux articulations mais aussi les bleus et les douleurs. On parle alors d’aromathérapie. Pour faire facilement des compresses efficaces, il suffit de remplir un bol d’eau chaude, ou très froide suivant l’utilisation désirée, de diluer les huiles essentielles dans une huile de base, de verser le mélange en remuant, puis de tremper un torchon (propre) dedans afin d’en faire une compresse à appliquer sur la partie malade ou douloureuse. Pour une compresse froide, il suffit d’employer de l’eau réfrigérée voire de mettre des glaçons dans l’eau utilisée au départ. Il est également possible de poser sur la compresse un sac de glace pilé hermétiquement fermé pour conserver le froid diffusé. Enfin, il est possible d’avoir une poche à glace parfumée en congelant le mélange eau et huiles essentielles dans un bac à glaçons.

Les remèdes de grand-mère

Une autre utilisation assez courante des compresses est le traitement des panaris. Pour définir cela brièvement, un panaris est une infection aiguë (provoquée par une bactérie) d'un doigt de la main ou d'un orteil. Ces infections surviennent en général lorsque la peau est détrempée (en cas de forte humidité par exemple) ou lorsqu'on se ronge les ongles. C’est tout simplement une forme d’abcès. En ce qui concerne le traitement, et donc les compresses, un remède de grand-mère préconise d’utiliser un mélange à base d’ail de lait et de mie de pain, qui se prépare comme suit : faire chauffer un peu de lait avec deux gousses d’ail hachées et rajouter de la mie de pain qui va absorber le peu de lait et que l’on mélangera avec l’ail haché. Dès lors, une pâte sera obtenue que l’on placera ensuite dans une compresse. Cette compresse doit alors être posée (chaude mais surtout pas brulante) pendant 20 minutes, trois fois par jour, sur le panaris.

De plus, un autre remède de grand-mère permet de soigner efficacement les contusions, les plaies lentes à cicatriser ou les « bleus » (ecchymoses en langage médical). Pour cela, il faut du « souci », appelé également calendula, qui est une fleur aux vertus étonnantes puisqu’elle peut servir pour des huiles essentielles mais es aussi anti-inflammatoire, antiseptique, désinfectante et cicatrisante. Il faut donc utiliser le calendula pour cette compresse en versant un demi-litre d’eau bouillante dessus et en laissant infuser durant quinze minutes. Il faut ensuite l’appliquer en compresse tiède (là aussi non brulante sous peine d’annihiler l’effet apaisant) durant une heure, et plusieurs fois par jour… autant de fois que nécessaire.